Architecte d'intérieur - Designer d'espace

Les différents métiers du bâtiment

Définition des principaux corps de métier du bâtiment sur le département du Gard, Alès, Nîmes et Uzès. L'architecte, l'architecte d'intérieur et agenceur, le carreleur, le chauffagiste, l'étancheur, le décorateur, l'électricien, le façadier, le férronnier, le maçon et la maçonnerie générale. On trouve également  le menuisier, le peintre en bâtiment sur ales, le pisciniste. Deux artisans se rapprochant : le plaquiste et le plâtrier. Terminons par le sérrurier, le terrassier et le couvreur qui réalise ou répare des toitures.

Architecture d'intérieur et agencement

L’architecture d’intérieur procède des arts décoratifs comme de l'architecture. Elle conçoit l'architecture à l'échelle intime de la vie quotidienne et l’inscrit dans les comportements domestiques, professionnels, culturels des hommes.
Elle mène l'architecture à son terme, dans le détail rationnel et poétique, en jouant avec les espaces, la lumière, la couleur, le mobilier, les équipements, les objets et l’individualité de l’occupant, afin de créer des lieux non seulement opérationnels et confortables, mais reflètent la personnalité du commanditaire.
Située dans cette perspective très spécifique, la pratique professionnelle est néanmoins structurée comme celle de l'architecture : le processus de conception et de réalisation des projets suit le même trajet.

Architecture et architecte dans le Gard


Le terme architecture, du latin architectura « art de construire les maisons », sous l’influence de l’italien architettura1 est issu du grec αρχιτεκτων de αρχι (« chef, principe ») et τεκτων (« couvreur », « charpente », « construction » ) qui désigne l'art de concevoir et de construire des édifices, ainsi que des villes comme Alès.
L’architecture est exercée depuis le Moyen Âge par des architectes dont le titre professionnel est protégé juridiquement, ou des spécialistes assimilés à des architectes.
Par distinction scientifique avec la construction qui serait le fait d’assembler différents éléments en utilisant les matériaux et les techniques appropriées, la pratique de l’architecture se caractérise par une intentionnalité établie dans le « projet » lequel se définit par des plans, des représentations graphiques, des esquisses en 3D diverses qui lui font intégrer temps de construction et d’usage… Aussi, cet effort conscient et préalable propre à la conception architecturale a-t-il pour objectif de concilier l’utilité, l'esthétique et la solidité de formes, des espaces et des structures. Par ailleurs, la visée fonctionnelle inhérente à l’architecture, l'aspect pratique à l'usage dont découle l'aspect économique la distingue également des autres arts dits décoratifs que sont le dessin, la gravure, la peinture et la sculpture qui y ont été originellement intégrés.
La part de l’architecture spécialisée dans les fortifications, les ouvrages de génie civil (routes, égouts, ponts, ports, mines, usines, etc.) a été à l’origine de la profession d’ingénieur à partir du xvie siècle. Parmi les acceptions de l’architecte, celle qui correspond davantage à la notion actuelle d’ingénieur lui a ainsi longtemps été confondue. Vitruve,  qui est l'auteur d’un traité célèbre, était lui-même constructeur de machine de guerre et architecte. Un autre exemple d’ingénieur militaire bâtisseur est le maréchal de Vauban manifestant également ses préoccupations d’ordre esthétique, une des plus bel exemple étant le fort qui porte son nom situé à Alès.
Dans des domaines connexes, les parcs et jardins peuvent être conçus par des architectes paysagistes, et les navires par des architectes navals.
Lorsque l’architecture est créée par les occupants des édifices eux-mêmes sans le recours à des hommes de l’art, elle est dite vernaculaire. Elle est une expression de leur tradition.
L’architecture désigne également le corpus de tous les édifices construits, c'est-à-dire leur classification et leur étude, qu'ils aient été conçus par des constructeurs affichant une intention esthétique ou non.
La conception des villes comme Nîmes en tant que discipline spécifique est désignée dans l'aire de la pensée occidentale depuis le milieu du xxe siècle par le terme d’« urbanisme ». Elle demeure en grande partie intrinsèque au domaine de l’architecture dont l’unité de mesure d'activité est l'édifice et dont l'action recouvre aussi bien l’élément de mobilier que la ville entière.
Dans l’architecture contemporaine, celle du tournant du xxe siècle au xxie siècle, la technicité est présente par divers éléments techniques récents implantés sur les ouvrages édifiés. Leurs effets dans la perception architecturale sont ajoutés aux effets classiques de la mise en réseaux de l'œuvre dans une intrication établie d’effets visibles et non visibles. Portant sur la structure bâtie ou sur l’aspect de l'ensemble que l'on veut faire percevoir, ces éléments nouveaux employés posent à nouveau la question d’une définition de l’architecture. L'architecture passe ainsi de la définition déterministe exposée ci-dessus du geste individuel suivant la pensée, à une définition floue ensembliste des propriétés des « beaux objets dignes d'attention ». L'objet n'est pas forcément le produit de la manière classique de faire avec dessins conceptuels originaux mais le produit de techniques informatiques traitant le problème de l'édification.

________________________________________________________________________

Le carrelage et le carreleur dans le Gard


Un carreleur est une personne qui taille et pose le marbre, le granit, le granito préfabriqué, l'ardoise, les carreaux céramiques vitrifiés ou émaillés, et d'autres matériaux similaires ou de substitution. Il installe aussi des bandes, des lattes, et des ancrages métalliques et divers mélanges granitiques. Il pose la base nécessaire aux ouvrages cités. Il peut polir à la main ou à la machine, à sec ou par voie humide, toute surface de granit, marbre ou tout autre matériau de même nature, et fait la cimentation et le masticage des interstices.


Le carrelage 

Le carrelage est un revêtement de sol et de murs formé de carreaux de céramique, terre cuite ou ciment, juxtaposés et collés. Il est couramment utilisé pour la finition et la décoration des sols et des murs pour les habitations et autres locaux, aussi bien à l'intérieur qu'en extérieur. Le terme désigne à l'origine l'action de poser des carreaux, puis, par métonymie, le résultat de cette action.

Fabrication
Les matières premières sont mélangées et broyées de manière à former une pâte fine et homogène appelée barbotine. Cette poudre est séchée puis injectée dans un moule de la taille et forme du carrelage recherché. Le carreau est nettoyé puis soumis à plusieurs étapes de séchage. Afin de lui donner une couleur, il existe trois types d’émaillage : l’émaillage à sec, l’émaillage humide et la sérigraphie. Le carrelage subit une dernière étape de cuisson au four avant d'être conditionné pour la vente


Le carrelage idéal ?
Grès ou terres cuites, ici, tout est question de goût et de l’utilisation que l’on veut en faire. Le carrelage présente en effet l’intérêt de pouvoir se poser aussi bien sur les murs, que sur les sols ! Reste à poser le bon au bon endroit. Sachez donc que les produits bas de gamme résistent souvent assez mal aux épreuves du temps et que les carreaux, une fois posés, sont difficiles à changer.

Pour une utilisation au sol, vous devez donc choisir des carreaux relativement résistants. Notez également qu’il existe maintenant des carreaux antidérapants, très précieux pour ne pas glisser dans sa salle de bains, en sortant de sa douche !

Concernant les grès, il existe un classement UPEC* qui détermine leur degré de résistance. Plus les indices (de 1 à 4) correspondant à chacune des lettres du mot UPEC sont élevés, plus la résistance est bonne. Ces indices sont généralement indiqués directement sur les boîtes de carreaux. Pensez donc à vous y référer ! Attention, cette classification n’existe pas pour les terres cuites !

Dans le cas où vous décidez de poser du carrelage à l’extérieur, choisissez des carreaux qui résistent à l’humidité, bien sûr, mais aussi au gel.

*UPEC : U = Usure, P = Poinçonnement, E = résistance à l’Eau, C = résistance aux produits Chimiques.

________________________________________________________________________


Le chauffage et le chauffagiste dans le Gard

Le chauffage est l'action de transmettre de l'énergie thermique à un objet, un matériau.
Le chauffage est utilisé notamment, pour maintenir ou améliorer des conditions d'ambiances vivables pour les êtres vivants dans les espaces clos constituant des lieux de vie (bâtiments, habitacles de moyens de transports, piscines, etc.). Dans ce cas, l'objectif du chauffage est d'améliorer le confort thermique d'un espace à vivre.
Par extension, le terme chauffage désigne aussi le système destiné à assurer le chauffage

_________________

Besoins en chauffage

L'enveloppe isolante d'une habitation (c.f. l'isolation thermique), l'adaptation du comportement au climat (fermer les volets la nuit, s'habiller chaudement) ne suffit pas toujours à se protéger du froid. Le chauffage apporte alors une quantité de chaleur dans l'habitat, c'est-à-dire de l'énergie thermique. A l'échelle d'une habitation individuelle, on comptabilise habituellement les besoins en chauffage en kWh/an : c'est la quantité d'énergie calorifique apportée en un an pour obtenir le confort thermique désiré. A l'échelle d'une région ou d'un pays, on utilise aussi les Mtep (c.f. Tonne équivalent-pétrole).
Les besoins en chauffage sont satisfait par un système de chauffage qui consomme de l'énergie sous une forme et la transforme en chaleur. Cette énergie consommée et comptabilisée à la pompe (pompe à fioul, stère de bois, compteur d'électricité, compteur de gaz) s'appelle l'énergie finale (c.f. l'énergie).
Exemples :
Telle habitation a besoin de 10000 kWh/an en chauffage. Si son système de chauffage a un rendement global de 80%, alors elle consommera 10000/0,8 = 12500 kWh/an en énergie finale.
La consommation totale d'énergie finale, avant transformation, pour le chauffage des ménages en France est d'environ 35 Mtep en 2002[1]
Dans la notion de chauffage, on distingue le chauffage à des fins de confort (chauffage des locaux, chauffage de l'eau chaude sanitaire) et le chauffage à des fins industrielles (chauffage de process,...).
Le chauffage répond à des besoins de confort thermique pour l'individu dans ses différents lieux de vie : habitat, lieu de travail, commerces, loisirs, hôpitaux... Le confort thermique est assuré principalement par le chauffage des locaux et volumes de vie ainsi que par le chauffage de l'eau chaude sanitaire. Autre besoin courant, le chauffage d'eau de piscine qui complète les besoins propres à l'individu dans ses lieux de vie.
L'influence du climat sur les besoins en chauffage s'évalue au moyen des degrés-jours unifiés.



____________________________
Structure d'un système de chauffage

Un système de chauffage comprend nécessairement :
Une source de chaleur : la source de chaleur se trouve nécessairement à une température supérieure à la température de l'objet, du matériau ou l'espace à chauffer, sauf dans le cas des pompes à chaleur.
Un émetteur de chaleur : L'émetteur de chaleur permet l'échange de l'énergie thermique entre la source de chaleur et l'objet, le matériau ou l'espace à chauffer. Cet émetteur peut être statique comme un radiateur, un convecteur, un plancher chauffant ou dynamique comme un ventilo-convecteur, une centrale de traitement d'air, un aérotherme. Dans le premier cas, l'émetteur transmet sa chaleur par convection et/ou rayonnement. Dans le deuxième cas, c'est un ventilateur qui pulse l'air au travers d'une batterie chaude et qui transmet la chaleur au milieu ambiant par recyclage et mouvement d'air.
Ces deux éléments peuvent éventuellement être confondus (par exemple, une flamme est source de chaleur ; elle émet aussi directement cette chaleur sous forme de rayonnement, ou autre exemple, un convecteur électrique produit et transmet sa chaleur).
Un système de chauffage peut aussi comprendre :
Un système de stockage de la chaleur
Un ou plusieurs systèmes de transport de la chaleur : le transport de la chaleur est réalisé le plus souvent au moyen d'un fluide présentant une capacité calorifique élevée, appelé fluide caloporteur.
Un système de chauffage fonctionne à partir d'un énergie primaire que celle-ci soit d'origine fossile (on parle d'énergies fossiles comme le fioul, le charbon, le gaz naturel, GPL ou gaz de pétrole liquéfié) soit d'origine électrique (provenant de centrales nucléaires, de barrages hydrauliques, voire de centrales thermiques fonctionnant aux énergies fossiles, ...). Les énergies renouvelables comme le bois énergie, le solaire, la géothermie, ..., sont également des sources utilisées pour le chauffage.

_________________
Contrôle de l'humidité

Le système de chauffage permet aussi de contrôler le taux d'humidité de l'air dans un bâtiment. Contrairement aux croyances, ce taux d'humidité de l'air n'est pas assujetti au type de chauffage installé, c'est-à-dire aux genres d'unités servant à chauffer l'air ambiante tel des radiateurs à la vapeur, radiateurs à eau chaude ou radiateurs électrique, ainsi que matériaux que composent l'enveloppe,ou qui se retrouvent dans le bâtiment. Ce taux d'humidité varie selon deux phénomènes :
L'augmentation de la température de l'air ambiant selon le principe physique, il y a augmentation de volume diminuant ainsi le pourcentage de vapeur d'eau contenue dans l'air;
Un deuxième phénomène, responsable de la diminution du taux d'humidité est dû aux taux de changement d'air dû à l'infiltration de l'air extérieur au travers les parois du bâtiment. Ce taux de changement sera autant plus grand selon le différentiel de la température de l'air extérieur et intérieur du bâtiment.
D'ailleurs c'est avec ce taux de changement et la vitesse à laquelle ce changement se produit que l'on peut calculer le volume d'air extérieur qui s'infiltre dans le bâtiment.
Pour assurer un taux d'humidité dans le bâtiment, il suffit d'installer un système d'injection de vapeur d'eau, soit par vaporisation ou par évaporation ou sous la forme de vapeur. Il est important d'utiliser un bonne qualité d'eau, car les impuretés se retrouveront inévitablement dans l'air ambiant.
Le taux d'humidité doit être établit selon la composition architecturale de l'enveloppe et de la résistance thermique, ainsi que la localisation des coupe-vapeurs. Si un taux d'humidité trop élevé est maintenu, il se produira une condensation sur les parois si sa température est égale à la température du point de rosé. Tel que l'on peut souvent l'observer sur la fenestration.
Un taux d'humidité trop élevé est aussi souvent la cause des ruissellements d'eau pris à tort comme ayant pour origine une fuite dans en toiture, mais qui sont en réalité dû à la condensation qui se produit dans les combles à partir de l'humidité contenue dans l'atmosphère interne au bâtiment, de la même façon qu'il se produit parfois une condensation sur les vitrages d'une pièce. L'apparition de champignons à la surface d'un mur extérieur ou intérieur peut être de la même façon causée par l'humidité interne au bâtiment observé. Ainsi, il est utile de prendre garde à réguler le taux d'humidité de l'air contenu dans un bâtiment si l'on veut se prémunir contre nombre des dommages observés dans des bâtiments (principalement rénovés) que leurs constructeurs n'ont pas traité suivant les précautions d'usages afin d'y maintenir un taux d'humidité adéquat.

__________

Identification

Le chauffage peut se faire par : convection, conduction ou par rayonnement.
La chaleur peut être générée par :
Un carburant issu de la biomasse,
Un carburant fossile,
Une source géothermique,
Par valorisation des calories via une pompe à chaleur,
Le rayonnement du soleil,
L'électricité.
Le caloporteur peut être : L'eau, la vapeur, l'air ou un gaz.

_______
Système

Radiateur de chauffage central
Le chauffage d'ambiance est destiné à assurer une température déterminée et/ou le confort dans un lieu clos ou ouvert. Le système peut être à :
Chauffage central : La production thermique centralisée est privée (individuelle ou collective) ou provient d'un réseau public (Chauffage urbain). Il comprend en outre une distribution et des émetteurs de chaleur ;
Chauffage individuel : L'installation peut-être composée d'une production thermique avec une distribution et des émetteurs de chaleur ou d'émetteurs de chaleurs individuels ;
Le fluide caloporteur est :
L'eau chaude : l'eau réchauffée (L'installation comporte un générateur de chaleur (chaudière), une distribution d'eau et des émetteurs de chaleur) ;
L'air pulsé : l'air ambiant réchauffé (L'installation comporte un générateur d'air chaud et le plus souvent une distribution de cet air chaud) ;
Un fluide caloporteur : en général une huile (réservé aux très grosses installations et en général au transport de la chaleur entre la production centralisée et des sous-stations qui sont des interfaces entre un réseau de production dit « primaire » et un réseau de distribution jusqu'aux émetteurs de chaleur dit « secondaire ».
L'énergie nécessaire provient généralement de :
Un combustible : fioul, gaz, charbon, bois, biomasse ;
L'électricité ;
La géothermie ;
Le solaire ;

_________________________________________________________________________


L'étanchéité et l'étancheur


L'étanchéité physique concerne l'interdiction de passage d'un solide, d'un fluide ou d'un gaz. Pour les fluides et les gaz, la mise en place d'un joint est nécessaire, dans la majorité des cas.

Dans le bâtiment et les travaux publics, une technique de protection des intempéries a donné son nom à une profession : les étancheurs.



L'ETANCHEUR

L’étancheur est celui qui prévoit l’étanchéité d’un ouvrage, les techniques et les matériaux à employer pour prévenir toute infiltration d’eau, d’humidité ou tous autres éléments extérieurs dans une construction.

C’est un métiers du bâtiment qui a trait au génie civil et qui concerne principalement le terrassement des fondations et la préparation du gros œuvre. La principale activité de l'étancheur ou étanchéiste est de mettre en œuvre des matériaux essentiellement sur les toitures terrasses et les parkings des bâtiments. Il applique plusieurs sortes de matériaux soit sous forme liquide, soit des membranes PVC ou des membranes bitumineuses élastomères (SBS) ou propylène (APP), soit de l'asphalte qui est un des plus anciens matériaux connus
Ce métier fait partie du projet avant construction : il intervient après les travaux de génie civil, de gros œuvre ou de charpente.
ou après construction pour en assurer l’assainissement et la réhabilitation afin de maintenir la qualité de l’ouvrage.

_________________________ 
Actions extérieures sur un bâtiment
L’eau fait partie de l’environnement de toutes les constructions. Les structures enterrées sont en contact permanent avec les eaux de ruissellement ou/et la nappe phréatique. Les façades et les toitures sont exposées aux intempéries. A l’intérieur des bâtiments, les infiltrations d’eau, les fuites de canalisations, les remontées capillaires peuvent provoquer de gros dégâts. Les ouvrages hydrauliques, bassins, piscines, réservoirs, canalisations, etc,.. doivent contenir et véhiculer les fluides sans fuite.


Dégâts dus à l’humidité

Diminution de la résistance mécanique de la maçonnerie par cassure des cristaux du liant ciment-chaux,
Corrosion des métaux, notamment des armatures pour béton placées près des parois extérieures,
Détérioration des bois de charpente ou de décoration,
Augmentation des dépenses de chauffage par détérioration des matériaux d’isolation,
Prolifération des champignons (moisissures)
Développement des acariens
Risque de gel et d’éclatement des matériaux poreux gorgés d’eau,
Infiltration d’eau.

_________________________________________________________________________

Décoration  et décorateur dans le Gard

La décoration d'intérieur consiste en l'aménagement et l'embellissement d'une maison ou d'un appartement : accorder couleurs, objets de décoration, mobilier,... Les particuliers confient de plus en plus la décoration de leur maison à des professionnels dont la décoration d'intérieur est le métier.

________________________________________________________________________


La démolition


La démolition (ou déconstruction, ou démantèlement) est la destruction d'œuvres de génie civil telles que bâtiments, infrastructures de transport de biens, énergie, ou personnes, avions ou bateaux etc. Quand un objectif de recyclage ou réutilisation des éléments de l'ouvrage existe : on parle plutôt de démontage ou de déconstruction, éventuellement HQE. Dans tous les cas, il peut y avoir une ou plusieurs étape(s) de déconstruction et recyclage de matériaux, avant, pendant et après la démolition, avec par exemple, la récupération des métaux ferreux ou non-ferreux, poutres, fenêtres, éléments de décor, etc.


DEMOLITION HQE

Une démolition peut faire l'objet d'un cahier des charges de type HQE (Haute qualité environnementale), qui visera à réduire les nuisances tout au long du chantier (bruit, poussière, odeurs, dérangement), à réduire l'empreinte écologique et énergétique du chantier, et à recycler au mieux les matériaux démontés ou issus de la déconstruction et démolition. Certaines constructions HQE sont d'ailleurs maintenant conçues (écoconception) en amont pour faciliter une future déconstruction et la réutilisation de matériaux ou éléments bâtis.

_________________________
La démolition peut se faire par :


La force humaine, avec des outils comme la masse.
La boule de démolition, une masse pendue à une grue.
L'utilisation d'outils de démolition montés au bout de pelles hydrauliques, grues, et mini-pelles. Ces outils se décomposent en plusieurs familles adaptées aux différentes applications de démolition. La pince de démolition hydraulique (la plus grosse en version 2 vérins est d'une ouverture de 2500 mm et d'un poids de 13100 kg la MS130R de Mantovanibenne), le broyeur hydraulique fixe ou à rotation (généralement en version 1 vérin), la cisaille à métaux hydraulique fixe ou à rotation (1 vérin) jusqu'à 10800 kg par exemple en application de découpe de bateaux en condition sous-marine, la pince de tri hydraulique, le broyeur à poteaux jusqu'à 1800 mm de diamètre, le grappin de démolition, et d'engins de démolition tels que le bulldozer, la pelle hydraulique équipée de bras standard ou de bras grande hauteur pouvant atteindre 90 m.
Le grignotage. Cette technique, plus couramment utilisée que le dynamitage, elle consiste à démolir la structure à l’aide d’une pelleteuse équipée d’un outil. La dextérité du conducteur, alliée à la performance de l’engin, vient à bout des structures les plus rigides. Mais aujourd’hui les tours à démolir sont de plus en plus hautes, ce qui nécessite des machines toujours plus hautes (la kobelco SK3500D parmi les plus hautes pelles du monde avec 65 mètres de bras de démolition, et au printemps 2008 entrera en service aux Pays-Bas chez le client Eurodemoliton une CAT5110 modifiée avec un bras de démolition télescopique de 90 m portant une pince à béton de 5000 kg et à 70 m une pince à béton Mantovanibenne modèle CR100R de 11 t d'une ouverture de 2000 mm).
Lance thermique. Technique atypique permettant la découpe ou le perçage rapide de n’importe quel matériau (Béton armé, roches, inox, fonte, aluminium…) sans vibration. Technique utilisé comme dernier recours lorsque les techniques classiques ne s'avèrent pas efficaces.
Le dynamitage, c'est-à-dire l'utilisation d'explosifs, et notamment de dynamite pour des immeubles de plus de 7 étages.
Le vérinage, qui consiste à exercer une poussée oblique ou horizontale à l'aide de vérins hydraulique sur un ou deux étages préparés d'une tour ou d'une barre.


________________________________________________________________________


L'électricité et l'électricien dans le Gard

Électricien est le nom donné au métier qu'exercent les hommes de l'art en matière d'électricité. Il est issu du terme électricité, puisque ceux-ci ont en charge la réalisation, la maintenance, la modification d'installations électriques. Ils doivent respecter les normes en vigueur (en France la norme NF C 15-100) pour la réalisation de leur travaux.
On distingue plusieurs métiers avec des compétences communes, mais des savoir-faire très différents, suivant l'environnement spécifique dans lequel ils s'effectuent.


L'ELECTRICIEN DU BATIMENT

Il officie dans tous bâtiments à vocation d'habitation et immeubles de bureaux. Il effectue les installations dans les bâtiments neufs, les modifications, la mise aux normes, les dépannages ainsi que la dépose des vieilles installations. Il n'a affaire qu'aux classes de tension : BT (basse tension) et TBT (très basse tension). Il travaille en étroite collaboration avec le plombier et le maçon.

________________________________________________________________________



FACADIER - FACADE

Artisan qui réalise le recouvrement d'une façade avec un enduit. Il existe différent type de finition avec un enduit : taloché, écrasé, projeté, gratté, etc...

À mi-chemin entre le gros oeuvre et la finition, le façadier intervient dans tous les aspects de la façade. Grâce à des enduits de couverture prêts à l'emploi, il apporte étanchéité et finition aux murs. Le façadier peut passer du ravalement à l'isolation, du bardage au carrelage et à la peinture

________________________________________________________________________

La ferronnerie et le ferronnier du Gard


La ferronnerie du bâtiment, qui produit des objets et des ornements architecturaux en fer forgé (garde-corps, grilles, rampes, ou objets d'art). La ferronnerie a constitué le prolongement décoratif naturel des bâtiments de toutes les époques.

_______________________________________________________________________

La Maçonnerie et le maçon dans le département du Gard

La maçonnerie est l'art de bâtir une construction par l'assemblage de matériaux élémentaires, liés de manière non réversible. C'est l'art du maçon par définition.
La maçonnerie traditionnelle est appelée limousinerie.
Par extension, on associe aussi sous le terme « maçonnerie » les travaux d'habillage des ensembles : pose d'enduits, de carrelages, etc., qui, en plus de leur but esthétique, participent à la tenue de l'ensemble face aux agressions externes (humidité, gel, etc.). Un produit qui reflète de plus en plus cette association est le stuc d'acrylique qui remplace le stuc traditionnel fait à partir de chaux.

____________

Les matériaux

Les constructions sont constituées de différents matériaux :
Les éléments corps
- matériaux minéraux : la pierre, la brique, le bloc de béton, etc.
- matériaux organiques : la terre, le pisé, etc.
- matériaux végétaux : la paille, la tourbe, etc.



Les liants

Le liant est le matériau servant à réaliser un mortier. Il peut être de la chaux (hydraulique naturelle ou de synthèse), du ciment, du plâtre.


- La Chaux est un liant à base de calcaire, utilisé depuis des millénaires. Elle entre dans la composition des mortiers à maçonner, et peut être aussi utilisée seule avec de l'eau, pour la peinture. Elle sert également en agriculture.
- Le ciment, introduit par Louis Vicat dans la première moitié du xixe siècle, sera très utilisé par la suite en raison de ses grandes capacités mécaniques.
- Le plâtre.
- Les mortiers
- Le mortier de chaux est constitué de chaux, de sable et d'eau ; ou bien de chaux, de terre et d'eau. Il est utilisé pour maçonner, pour enduire, généralement associé à la pierre, à la brique, parfois au pisé.
- Le mortier de ciment est constitué de ciment, de sable et d'eau. Il est lui aussi utilisé pour bâtir et pour enduire, généralement avec des éléments de sa classe de résistance. Il est surtout utilisé pour monter des parpaings.
- Le mortier dit bâtard est constitué de chaux, de ciment, de sable et d'eau.
- La colle est un "mortier" récent, utilisé avec les briques monomurs.
- Les bétons On appelle béton un matériau de construction composite fabriqué à partir de granulats (sable, gravillons) agglomérés par un liant :
- Le béton de chaux est constitué de chaux, de sable, de gravier et d'eau.
- Le béton de chanvre est constitué de chaux, de chanvre, de sable, et d'eau.
- Le béton de ciment est constitué de ciment, de sable, de gravier et d'eau.

________________________________________________________________________

 
La maîtrise d'oeuvre et le maître d'oeuvre sur Alès


De nos jours, le maître d’œuvre est la personne chargée par le maître de l’ouvrage de concevoir le bâtiment à construire ou à rénover selon le programme fourni par le maître de l'ouvrage, de diriger l’exécution des marchés de travaux, de proposer le règlement des travaux et leur réception. On parle de maîtrise d'oeuvre complète, lorsque le maître d'oeuvre assume les missions de bases et les missions complémentaires:
Les missions de bases sont : les études de diagnostic (DIA, pour le cas de travaux sur un bâtiment existant), les études d'esquisse (ESQ), les études d'avant projet (AVP) [les études d'avant-projet sommaire (APS), les études d'avant-projet définitif (APD)], les études de projet (PRO), l'assistance pour la passation des contrats de travaux (ACT), l'assistance apportée au maître de l'ouvrage lors des opérations de réception (AOR) et la direction de l'exécution du ou des contrats de travaux (DET);
les missions complémentaires : les études d'exécution (EXE) et les missions d'ordonnancement, de coordination et de pilotage du chantier (OPC).
C'est lui qui répond au programme fonctionnel fixé par le maître d'ouvrage. Véritable bras droit du maitre d'ouvrage, il lui propose une solution technique et esthétique qui permet de réaliser ce programme, dans l'enveloppe budgétaire et les délais qui lui sont assignés.
À partir d'un certain degré de complexité, le maître d'œuvre est constitué d'un cabinet d'architectes associés à un ou plusieurs bureau(x) d'études techniques (BET).

________________________________________________________________________

La menuiserie et le meunuisier dans le Gard


La menuiserie, art et métier, est l'ensemble des techniques mises en œuvre pour construire des objets mobiliers, de taille relativement petite (par opposition aux ouvrages de charpentes), par assemblage de diverses pièces de bois.

LE MENUISIER

Le menuisier est un professionnel du bâtiment qui travaille traditionnellement le bois, mais aussi d'autres matériaux comme l'aluminium et le PVC. Il réalise et pose les portes, les fenêtres, les placards dans le bâtiment. Il fournit une prestation sur mesure. Sa discipline professionnelle est la menuiserie, mais aussi l'agencement (de cuisine, de placard), la pose de matériaux isolants ainsi que la petite serrurerie.

_______

Histoire

En 1382, un arrêt royal ordonne qu'on distingue à l'avenir les menuisiers des charpentiers. Jusque là les menuisiers (du mot minitarus qui signifie : ouvrier travaillant à de menus ouvrages) étaient confondus sous le terme général de Charpentiers avec le qualificatif de "Charpentier de la petite cognée". Les outils et ouvrages deviennent tellement différents qu'une distinction devient alors nécessaire.
En 1467 en France, les menuisiers obtiennent des statuts qui les séparent des tapissiers. On leur demande de marquer leurs ouvrages grâce à des estampilles.
Le 5 décembre 1637, le parlement de Paris rend l'arrêt suivant :
"Ordonne que chaque maître menuisier sera tenu de marquer de sa marque particulière tous ces ouvrages... ainsi que les postiers d'estain... et insérer ladite marque en une table de plomb qui restera dans la chambre du substitut du Procureur Général du Castellet"
Cet arrêt faisant suite à un procès qui opposait les maîtres-menuisiers et les maîtres-tapissiers parisiens, car les maîtres-menuisiers avaient le monopole de la fabrication des meubles, alors que les maîtres-tapissiers possédaient celui de leur commercialisation. Cet arrêt obligeait donc les tapissiers à ne vendre que des meubles marqués, provenant exclusivement des maîtres-menuisiers.
L'estampille permettait de retrouver le fabricant, et ainsi d'éviter les intermédiaires dans des tractations futures.
____________________________________

Différence entre la menuiserie et ébénisterie

Les meubles de menuiserie sont exécutés en bois massif, constitués d'un bâti qui restera apparent. Éventuellement, il peut inclure un décor sculpté, bien qu’en principe celui-ci soit confié à un sculpteur. Les consoles d’applique, les cadres de miroir et tous les meubles en bois massif sculpté ou mouluré sont des meubles de menuiserie.
Les meubles d'ébénisterie, eux, sont composés d'un bâti en menuiserie et sur lequel sont appliquées des feuilles de bois précieux ou toutes autres matières qui dissimulent entièrement le bâti.

_______________________________________________________________________

 La peinture et le peintre dans le Gard


Le peintre en bâtiment assure la finition et l'entretien de nos habitations. Il doit savoir appliquer les peintures manuellement ou mécaniquement. Il doit aussi savoir préparer les supports, selon la finition demandée et selon le support original. Le peintre passe le plus souvent le dernier sur les chantiers. C'est après son passage que le chantier devient un lieu habitable. En rénovation il travaille fréquemment dans des lieux habités. Il doit savoir se faire discret, doit avoir un chantier toujours propre et conseiller les clients et respecter leurs choix.

________________________________________________________________________

 La piscine et le pisciniste


Les piscines privées dépassent rarement 12 mètres x 5 mètres. Le plus souvent elles sont enterrées, mais peuvent être hors sol (souvent de dimensions encore plus réduites). Elles sont souvent à fond plat avec une profondeur variant entre 1m20 et 1m60, mais existent avec des profondeurs de l'ordre de 2m50, ce qui permet de plonger en toute sécurité. Les coûts d'acquisition ont globalement baissé depuis le début des années 90 avec la généralisation des piscines en kit. Celles-ci sont composées de panneaux modulaires en divers matériaux recouvertes par un liner. Ce dernier est une bâche étanche plaquée contre le fond et les parois par le poids de l'eau. L'entretien est nettement facilité par l'arrivée d'une nouvelle génération de produits.


Réglementation
La loi française impose depuis janvier 2006 la mise en place de dispositifs d'alarme pour les piscines qui ne sont pas équipées ni de barrières de sécurité, ni de couverture automatique, ni d'abri en verre ou polycarbonate, ceci afin d'éviter les noyades accidentelles d'enfants de moins de 6 ans à la suite de chutes dans les bassins.
En 2008, l'efficacité de ces alarmes était remise en cause. La Commission de sécurité des consommateurs (CSC) mise en place par la République française a testé en 2008 six modèles d'alarme de piscines vendus en France. Selon les résultats publiés le 12 juin 2008, "Une seule alarme passe tous les tests avec succès. La plupart ne détectent pas la chute d'une masse de 6 kilos et les niveaux sonores d'alerte s'avèrent médiocres dans quatre cas."

.
Technique
Différentes technologies sont utilisées pour la construction des piscines privées. Il est possible de les classer en trois catégories selon la technique d'étanchéité utilisée :


Construction traditionnelle
La construction est faite en banche, ou blocs coffreurs types polystyrène, parpaings etc.... L'étanchéité est obtenue par un enduit, recouvert d'une membrane d'étanchéité type liner ou résine gelcoat, peinte ou carrelée;


Coques
La piscine est composée d'une coque en matériaux composite monobloc posée dans un trou, sur un lit de gravier de environ 10 cm et remblayé tout autour avec du gravier. Souvent finie avec une ceinture de béton pour poser les margelles.


Liner
Le terme liner, d'origine américaine, désigne une enveloppe souple indépendante du support, étanche à l'eau, amovible grâce à son positionnement dans un profilé d'accrochage sous margelles. Le liner est fabriqué industriellement aux côtés du bassin, à partir d'une membrane PVC spéciale piscine dont les lés sont soudés à haute fréquence. La pose d'un liner nécessite que les pièces scellées dans le bassin (skimmer, bonde de fond, refoulements, prise balai, projecteur, etc.) soient compatibles et donc pourvues de joints et de brides d'étanchéité spéciales. La qualité du PVC (vierge) ainsi que ses composants (plastifiants, biocides, stabilisants...) sont des caractéristiques indispensables au bon vieillissement de ce revêtement étanche. Plusieurs couleurs unies ou imprimées sont proposées et il est proposé en différentes épaisseurs : 50/100e, 60/100e, 75/100e et 85/100e2. La norme AFNOR de septembre 2005 précise que la durée de vie usuelle d'un liner est de l'ordre de 5 à 15 ans, sous réserve du respect des recommandations de pose et d'entretien... dans les conditions normales d'utilisation.


Béton
Qu'il soit projeté en utilisant la technique de Gunitage ou banché à l'aide d'un mur en FiberGlass, la technique des piscines bétons offre la possibilité de liberté des formes. Le radier est alors recouvert d'un revêtement générant l'esthétisme et confortant l'imperméabilité du bassin.

________________________________________________________________________


Le placo et le plaquiste dans le Gard


Il est trés proche du plâtrier, et a tendance à le remplacer.

Son rôle :

- Interprétation des plans d'exécution des maîtres d'œuvre (bureau d'étude, architecte, ingénieur, Économiste de la construction) et les exécute.
- Disposition des éléments de cloisons sèches, le plus généralement constituées par des plaques de plâtre.
- Intégration lors du montage des éléments de menuiserie intérieure comme les portes, vitrages, guichets sur cadre.
- Cloisonnement des gaines montantes des fluides eau, gaz, électricité, VMC, courants faibles.Il ne s'agit pas du rôle du plaquiste pour mettre en place le réseau électrique, ce qui incombe à l'électricien, ni sur les cloisons d'eau, avec les plombiers, qui doivent prévoir des trappons d'accès autour des -réservations dans les dalles.
- Mise en place des cloisons de doublage de murs avec isolation thermique et/ou acoustique.
- Réalisation des finitions (joints, enduits) sur les revêtements muraux pour ses réalisations.

________________________________________________________________________

 La plâtrerie, le plâtre et le plâtrier du Gard


Un plâtrier est un ouvrier spécialisé dans l'utilisation du plâtre, le briquetage ou l'enduit, la pose des plafonds suspendus ou des cloisons préfabriquées en plâtrerie sèche. Il travaille seul ou en équipe sur des chantiers de constructions neuves, de rénovation ou de réparation. S'il travaille dans une petite entreprise, le plâtrier effectuera la plupart du temps l'ensemble des travaux qui relèvent de son métier. Il mélange le plâtre et l’applique manuellement ou mécaniquement.
De nombreuses entreprises élargissent leur gamme en posant des cloisons de tous types de matériaux : métal, bois, plastique... Pose d'huisseries, peinture, travaux d'isolation thermique ou phonique sont des prolongements naturels des activités de base des entreprises de plâtrerie.
Il existe des métiers dérivés ou complémentaires :
Plâtrier-briqueteur (qui construit les cloisons en briques, et étend les enduits de plâtre)
Plafonnier-plâtrier appelé aussi plafonneur en Belgique et en Suisse. La confusion "belge" entre les métiers de plafonneur et de plâtrier est très nettement distinguée en France; le plafonneur français s'occupe des plafonds et le plâtrier français des murs (http://belgium.wikia.com/wiki/Entrepreneur_plafonneur-cimentier)
Plâtrier-peintre (qui cumule ces deux métiers)
Du fait de la grande pénibilité de cette profession et de la forte augmentation de l'usage des plaques de plâtres, ce métier évolue de plus en plus vers la nouvelle profession de plaquiste ou alibastreur (ancienne appellation).
Il existe par ailleurs une spécialité de plâtrier-staffeur, proche de l'artisanat d'art: elle consiste, par le travail de l'enduit, en la création et la restauration de moulures, rosaces et corniches en staff.

________________________________________________________________________


La plomberie et le plombier d'Alès et Nîmes

La plomberie est une spécialité de l'ingénieur en Mécanique appliquée au bâtiment et du plombier spécialisé, regroupant l'ensemble des techniques utilisées pour faire circuler des fluides (liquide ou gaz) à l'aide de tuyaux, tubes, vannes, robinets, soupapes, pompes et matériaux aux différents points d'usage d'une installation. Le mot a pour origine le terme latin pour plomb (plumbum) et provient de l'utilisation de ce métal malléable pour réaliser les installations de plomberie au cours des siècles précédents.
Ces techniques se sont améliorées au fil du temps suite à l'évolution des connaissances scientifiques et de leur mise en application. Les premières applications systématiques de la plomberie ont été la mise en service de la gravité et des premières pompes, en agriculture, pour l'irrigation au moyen de pentes et de fossés.

HISTOIRE...

Les Babyloniens ou les Perses : les premières villes fortifiées ont développé des systèmes d'aqueduc qui permettaient de subir des sièges prolongés par l'utilisation de rivières souterraines.
Les villes des Sumériens (comme Haran) présentaient parfois des systèmes d'égouts et d'alimentation en eau individuels. Les Incas, les Chinois et plusieurs peuples asiatiques ont développé les plateaux de culture étagés le long des pentes des régions montagneuses avec l'installation de systèmes d'irrigation sophistiqués qui sont les précurseurs des aqueducs.
Les Égyptiens ont développé des systèmes d'irrigation (des fossés) alimentés par des pompes manuelles constituées d'une perche avec contrepoids à laquelle était fixé une peau attachée comme récipient pour élever l'eau jusqu'au début du fossé d'irrigation des cultures. Les Égyptiens auraient aussi développé l'utilisation de tubes de cuivre pour la distribution de l'eau dans certains temples.
Les Grecs : déjà Archimède inventa une des premières pompes à vis qui porte encore son nom de nos jours. Cette pompe alimentait les fossés pour l'irrigation agricole.
Les Romains construisirent des systèmes d'égouts souterrains sous les voies carrossables et des aqueducs qui allaient chercher l'eau potable nécessaire à la vie à des sources élevées et à de très grandes distances des villes desservies. Outre ces fameux aqueducs, les ingénieurs romains ont créé des systèmes de distribution d'eau par gravité, qui se terminaient à l'intérieur des villes par l'alimentation des fontaines et des bains publics "les thermes" qui ont permis une nette évolution dans la propreté sanitaire des personnes. Il semble que l'évolution des techniques de distribution de l'eau au moyen de tuyaux de plomb aurait été pour une part dans la déchéance de ce peuple à cause de la maladie générée par le plomb (voir saturnisme).
Les Anglais : C'est avec l'invention du premier WC (Water Closet) puis vint le « cabinet d'aisance avec réservoir de chasse » que la plomberie a réalisé un autre bond vers la modernité en introduisant les groupes sanitaires dans les immeubles.

_________________________________________________________________________


La sérrurerie et la métalerie

La serrurerie est une branche de la construction qui s'occupe de la fabrication des dispositifs de fermeture et des objets en métal ouvré. Ce terme tend à être remplacé, dans l'usage des professionnels, par celui, plus large, de métallerie.

________________________________________________________________________

Le parquet et le parquet stratifié


Matériau utilisé pour couvrir le plancher dans le but de le protéger et de le décorer.
Les revêtements de sol peuvent être d'origines différentes mais doivent répondre à des normes en fonction des lieux concernés.

STRATIFIE

Le stratifié est un panneau à base de papier kraft (de 10 à 20 feuilles) superposées, plus une feuille de papier décor, le tout est imprégné de résine mélanine overlay. Les différentes feuilles sont imprégnées de résine, puis pressées à chaud pour polymérisation, la feuilles de strat (elle s'appelle stratifié du fait des couches : les strates...) et ensuite poncée en contre parement et coupée au format. Le stratifié est un panneau mince (de 0,6 mm à 2,3 mm) de revêtement qui s'utilise en placage. (à ne pas confondre avec les panneaux mélaminé qui sont recouverts à chaud et sous pression également d'une feuille de papier décor uniquement, imprégnée de mélamine).
Il existe également des stratifiés épais nommés compacte qui s’emploient tel que, épaisseurs de 3,5 mm à 18 mm, la feuille de décor est dans ce cas présente sur les deux faces.

LINO

Le mot lino (apocope de linoleum) est un type de revêtement de sol fabriqué à partir d'éléments naturels.
Il est couramment employé à tort pour désigner un autre type de revêtement de sol : celui en plastique, souvent en PVC et bas de gamme.

MOQUETTE

La moquette ou tapis mur à mur (qc) ou tapis-plain (be) était à l'origine une étoffe à trame et chaîne en fil mais veloutée de laine. En 1650 on la nommait "moucade" mot d'origine inconnue qui a évolué en moquette. C'est donc une matière décorative qui a pour but de recouvrir les surfaces (généralement les sols) et qui a pris plus tard le sens de tapis cloué ou collé au sol recouvrant l'ensemble de la pièce.
Ses avantages sont un choix de matières et de coloris quasi infini et des qualités d'insonorisation appréciables dans les habitats collectifs. Mais la moquette est salissante, nécessite un entretien régulier à l'aspirateur pour éliminer les poussières, beaucoup de soin pour éviter les taches. Elle est connue pour être un nid à acariens, donc être cause d'allergisation et d'apparition de maladies comme l'asthme. Lorsqu'elle est en matériau synthétique dans une pièce comprenant des appareils électriques, elle peut poser des gros problèmes d'électricité statique.

________________________________________________________________________

Le terrassement et le terrassier sur le Gard


Le terrassement est le travail consistant à déplacer des quantités importantes de sol dans divers buts.

Réalisation de fondations, d'aménagement de chemin ou piste, réalisation de revêtement bitumineux, réalisation des assainissements autonomes (fosse septique)

________________________________________________________________________


La couverture, la toiture et le couvreur Gardois


Un couvreur est un professionnel du bâtiment qui pose sur les toits un revêtement étanche constituant la couverture, qui l'entretient et la répare. Il travaille des matériaux divers tel que : les tuiles, l'ardoise, le zinc, les tôles, le bitume, le chaume, les bardeaux, le bois (liteau, volige) etc. Il peut poser également le support de la couverture et divers ouvrages accessoires destinés à la protection climatique du bâtiment (isolation, sous toiture) et autres.

________________________________________________________________________

Rénovation du bâtiment, d'appartement et de maison sur Alès et Nîmes dans le département du Gard. L'agence JLP Home design réalise la conception de votre rénovation et la maîtrise d'oeuvre de votre projet ou suivi de chantier.

Visitez la page JLP HOMEDESIGN Alès sur google plus